La métaphore du petit-déjeuner aux oeufs et bacon, le cas d’Halifax

Récemment dans le Sorel-Tracy Magazine*, j’ai proposé d’abandonner le nom de Sorel-Tracy pour adopter celui de Saurel. Le but était de nous donner une identité commune, celle de Saurelois. Pourquoi? Parce que la fierté se bâtit sur une identité commune et forte. Parce qu’en bout de piste, c’est presque toujours le sentiment de fierté qui donne les équipes gagnantes.

Mais pour en arriver à faire ce changement fondamental dans l’imaginaire collectif des citoyens de notre ville, pour en saisir l’absolue nécessité, cela demandera un leadership éclairé, une grande sagesse et surtout, une profonde connaissance de la nature humaine. Cela demandera aussi l’engagement formel d’une majorité de citoyens qui ira jusqu’à la tenue d’un référendum.

Il est donc impératif de saisir la double nature de cette démarche. D’une part, elle sera pédagogique pour en expliquer le sens profond. D’autre part, elle sera participative pour que la majorité y adhère. En ce sens, un référendum permettra à une majorité de citoyens de s’engager au lieu de simplement s’impliquer.

Pour illustrer la distinction entre l’engagement et l’implication, quoi de mieux que la célèbre métaphore d’Hervé Sérieyx concernant le petit-déjeuner aux oeufs et au bacon : “Dans un petit-déjeuner oeufs-bacon, la poule est impliquée, mais le cochon lui, est engagé ! L’engagement ne permet pas le retour en arrière.»

Par ailleurs, Saurel pourrait profiter de ce changement de nom pour faire une pierre deux coups par le biais d’une campagne de promotion de notre ville et de notre région. Bref, une réputation ne se change pas en une journée et une image de marque ne s’impose pas elle aussi, du jour au lendemain. Ça se prépare. Ça se diffuse en utilisant un maximum d’impact.

Je ne suis pas très doué pour les campagnes promotionnelles. Mais celle du “changement” de nom de Radio-Canada en “ICI” semble avoir frappé un mur. Qui ne se souvient pas de la tentative pour changer le Coke en Nouveau Coke, qui est considéré comme la “mère” des flops en matière de marketing. Il faut donc se préparer adéquatement et surtout, savoir pourquoi on fait les “choses”.

Ceci étant, adopter le nom de Saurel ne doit pas être la fin de l’histoire, mais son début. Celui du “rebranding” de notre ville et de notre région. Par exemple, récemment, le 14 mai 2013 : “Halifax Regional Council says it’s time for a fresh, definite brand to sell the city as a place to live, visit and set up shop. Council voted Tuesday to rebrand the city.” Source : http://www.cbc.ca/news/canada/nova-scotia/story/2013/05/15/ns-halifax-branding.html

Je vous traduis le tout, librement : “Le Conseil régional de Halifax est d’avis que le moment est venu de redéfinir et de rafraîchir l’image de la ville comme endroit pour visiter, vivre et y faire des affaires. Le Conseil a voté mardi pour une révision complète de l’image de marque de la ville”.

Les exemples de cette nature foisonnent. Pourquoi? Parce que les villes sont en compétition entre elles, ici et ailleurs. Saurel doit prendre conscience de ce phénomène et s’engager à sortir notre réputation et notre image de marque, de l’âge des cavernes où elles se trouvent.

Si c’est bon pour Halifax.  Est-ce que pour Saurel … assez “wise” … ? Bref, il faut s’y engager résolument.

Jocelyn Daneau, jocelyndaneau@gmail.com

* L’identité : l’incontournable thème du 375e, voir aussi : Citoyens, l’ère des Gaulois est terminée

** La Nouvelle Excellence, Sérieyx, Hervé, Paris, France, Maxima, 2000.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :