Ce blogue – Saurel dans l’univers – est maintenant fermé. Il n’y aura plus de nouveau billet.

Par contre, le blogue Saurelois et Saureloises sur la Terre prend le relais

https://unsaureloissurlaterre.wordpress.com/

Gardons le sourire!

Merci!

———————————————————————————

Quand nous avons quitté en 1984 avec la famille pour des raisons strictement professionnelles, rien n’allait plus en terme économique dans la région (à l’époque) de Sorel et Tracy. À notre retour sans enfant en 2010 dans une ville devenue Sorel-Tracy dans l’intervalle, l’élection de Réjean Dauplaise en novembre 2009 et donc, l’éviction de Marcel Robert ont causé chez moi, comme une sorte de traumatisme d’incompréhension. Mais 25 ans à l’extérieur, pour un petit gars de Tracy, ça déconnecte en grand, genre rupture, surtout quand 1984, Sorel et Tracy, ça ne se mélangeait pas beaucoup. Est arrivé ensuite avec novembre 2013 et l’élection de Serge Péloquin, quoique mon vote soit allé ailleurs, un vent d’espoir pour le renouveau de ma ville, que j’appelle dorénavant Saurel.

Depuis donc 6 ans, j’ai écrit plus de 800 textes tant sur ce blogue – Saurel dans l’univers – que sur le SorelTracy Magazine et les 2 Rives et qui ont porté pour l’essentiel, sur les affaires publiques dans la grande région de Saurel. En le faisant, j’avais un seul objectif : brasser la cage tant de notre classe politique locale que les organismes qui la supportent, ainsi que celle dorée de l’oligarchie dominante, dans un univers médiatique congelée. Est-ce que j’ai réussi? Chacun jugera.

Pouquoi, je tiens le blogue Saurel dans l’univers depuis 6 ans? C’est quand même beaucoup de travail, surtout quand ta vie professionnelle se déroule sur de longues heures à l’extérieur de ton coin de pays. C’est parce que j’estimais que comme région, on s’en allait dans un mur et qu’il fallait le dire et donc, l’écrire. Personne ne m’a alors donné ce mandat, j’ai simplement décidé d’en faire une sorte de mission. Mettre mon savoir-faire et mon expérience professionnelle au profit de ma communauté était ma façon de faire du bénévolat. Libre à chacun de me lire ou non.

Cependant, conscient que le temps s’accélère, surtout en matière économique, notamment au niveau de la mondialisation et de la numérisation de l’économie, il fallait adopter le discours (le mien) à ce rythme, tant pour l’objectif que les gestes et le discours, pour que la société civile s’y synchronisent et s’y adaptent. Ce n’est pas une mince tâche quand l’on sait que l’Homme déteste le changement par-dessus tout. Alors, le ton provocateur (baveux diront plusieurs) de ce blogue a été adopté et maintenu dans la durée, avec tous les risques que cela comportait, mais partant du principe que le tout percolerait directement ou indirectement. Qu’il en resterait toujours quelque chose, devant cette espèce d’urgence que je tentais de créer, considérant que les entreprises publiques et privées se renouvellent constamment, alors pourquoi pas les villes? Est-ce que j’ai réussi? Chacun jugera.

Je sais. Je vais répondre à la question : « Est-ce que la ville et la région de Saurel ont commencé à changer pour (re)devenir l’une des meilleures petites villes au Québec et ailleurs? » La réponse est oui, même si le discours et le geste sont encore malhabiles pour le démontrer. On sent surtout une volonté de le faire, c’est ce qui est le plus important; le reste, c’est une question de style et nous avons tous le nôtre. Sommes-nous sur une lancée? C’est une autre question et la première étape sera de faire les « playoffs ». Et pour ce faire, il faudra et c’est une condition sine qua non, renouveler une grande partie de l’équipe et je ne parle pas seulement de la classe politique.

Je sais. Certains diront que par ses critiques, SDU risquait d’entacher l’image de marque et la réputation de ma ville à l’extérieur, en la mettant publiquement face à sa (ma) réalité. À ceux-là, je répondrai que comme le disais la grande économiste urbaine feu Jane Jacobs (de mémoire) : « Si tu veux être bon sur les marchés externes, il faut que tu sois excellent chez toi ». Autrement dit, il faut se regarder crûment le nombril avant de se penser le nombril du monde ou qu’on l’est toujours. C’est ce que j’ai fait, moi qui vient d’une culture d’entreprise où la recherche de l’excellence est une constante dans la gestion ses affaires et qui est reconnue internationalement en ce sens, sauf ici au Québec; double et étrange paradoxe. De toute façon, le regard et le jugement de l’autre seront toujours implacables. Alors aussi bien en prendre acte par nous-mêmes au risque comme cela a été de souvent le cas, comme messager, de me faire tirer dessus.

Certains diront aussi que je tirais souvent et avec acharnement sur le maire de Saurel M. Serge Péloquin. Lui-même d’ailleurs m’en a fait le reproche. Je répondrai simplement qu’un maire dans une ville de 35 000 habitants prend énormément de place et que l’homme Péloquin par son style de gestion, en prend encore plus. Ce qui en bout de piste, en faisait une cible facile et toujours disponible, pour l’oeil aguerri de l’analyste. Une chose est certaine dans mon esprit, cela n’était jamais personnel quoique certaines fois, j’aurais envoyé Serge Péloquin réfléchir dans le coin. Bref, est-ce que j’ai exagéré? Chacun jugera.

Une chose est certaine, Saurel dans l’univers (SDU) dérange énormément. Il n’y a qu’à voir les regards noirs que plusieurs me jettent au visage pour comprendre que dans certains cercles, je ne gagnerais pas un concours de popularité. Mais c’était le prix à payer pour « shaker » le cocotier et les certitudes. Mais comme je pouvais me le permettre, j’ai dit et écrit ce que je croyais être nécessaire. Était-ce nécessaire? Chacun jugera. Mais je l’ai fait en toute conscience, honnêtement, sans chercher à avoir raison, même si certains ont souvent pris mes propos pour du mépris envers la classe dirigeante, tout en les personnalisant; mauvaise grille d’analyse. Mais c’était la rançon de la «gloire» et les effets du Principe de Peter dans toute sa splendeur. Mais soyons réalistes, se faire planter le couteau dans la plaie publiquement n’est jamais agréable, surtout par quelqu’un qui sait manier la lame.

Ceci étant, le genre de mission que SDU s’était autoattribuée, dans le propos et le ton, avait une durée de vie limitée. On ne le sait pas au début, mais le passage du temps, l’autoquestionnement et la réaction des tiers en donnent toujours une bonne indication. En fait, je pensais à tout ça depuis le début de ma retraite. Bref, il faut savoir quand tirer la « ploye ». Ce qui n’est pas toujours évident, surtout quand vous êtes aspiré et confortable dans une spirale. À un moment donné, on en vient à se dire, comme une voix intérieure : « Décroche ». Bref, les sujets deviennent éculés, nous ne sommes quand même que 35 000 (ou 50 000, c’est selon). En fait, le départ des 350 emplois de GE (Alstom) sans égard aux causes sous-tendant celui-ci, est un résultat cruel que tout un chacun doit prendre comme le signal définitif de la fin de la récréation pour Saurel; en rajouter sur le tas ne donnera rien de plus. Si nous n’avons pas tous compris collectivement qu’il faut se prendre en main pour s’inscrire dans ce nouvel univers socio-économique qui est déjà là, Saurel dans l’univers même 100 fois plus baveux ni pourra rien de plus.

En ce sens, j’avais déjà programmé la fin de ce blogue, dans sa forme actuelle, pour le début de novembre 2017, moment des prochaines élections municipales. Je me disais que peu importe qui serait maire de Saurel en novembre 2017, le temps serait venu de laisser (de foutre) la paix au choix du peuple. Là-dessus, je n’ai pas changé d’idée.

Dans l’intervalle, est arrivée l’intéressante opportunité iPix.tv et quelques autres projets comme Citoyens et citoyennes engagés Sorel-Tracy (CCEST) ou Saurel et moi (MAtv) qui me demandent du temps, en n’oubliant pas le principal objectif que j’avais en tête au moment de prendre ma retraite, celui d’avoir du temps pour moi, ne serait-ce que pour lire.

Bref, SDU survivra encore au minimum, jusqu’en novembre 2017. Dans l’intervalle, il sera moins présent. Peut-être est-ce que je reprendrai du service pour l’élection de novembre 2017 avec notamment, le Saurel-O-Mètre. On verra. Je vais donc me consacrer à l’émission DANO sur iPix.tv et d’autres projets en cours ou nouveau que la vie placera sur mon chemin.

Ceci étant, si requis, vous me connaissez, je me permettrai à l’occasion de prendre position sur les grands enjeux de notre communauté.

Est-ce que je me prépare à me lancer en politique? On verra. Mais comme je l’ai déjà indiqué, la job exigeante de maire de Saurel n’a aucun intérêt pour moi. Non pas que cela ne soit pas un défi extraordinaire, mais j’ai trop conscience du temps qui passe et de la fragilité de la vie pour me lancer dans ce genre d’aventure.

Non, je ne suis pas devenu un apôtre de l’Amour infini, je n’ai pas rencontré le Seigneur ni ne suis devenu adepte d’une quelconque secte, ni autrement gâteux. Est-ce que le Daneau nouveau est devenu un Adorateur? Pas mon genre, mes anciens patrons en témoigneraient unanimement tout comme mes ex-instructeurs de sport, parlez-en à Jean-Yves Landreville ou à Gilles Deschênes. C’est simplement qu’il est le temps de passer à autre chose, changer de tactique et de style mais en gardant les mêmes objectifs. Changer, ce n’est pas seulement pour les autres.

first-image

Gardons le sourire! Simplement. Merci!

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

« On va faire quelque chose qu’on ne voit pas ailleurs » – Pascalin Raynault (Les 2 Rives, 27 septembre 2017). J’ai aimé tant les paroles de ce monsieur Raynault que l’esprit qui transcendait de l’article des 2 Rives. C’est comme un vent de fraicheur sur une ville qui sait qu’elle est rendue dans un mur, mais qui ne sait toujours pas comment se porter au-delà, faute d’une vision affirmée de son avenir.

Mais bon, espérons que cette simple affirmation saura inspirer nos actuels politiciens qui disons-le, ne sont pas porter pour plusieurs, à se projeter dans un avenir qui nous élève, préférant le doux confort réglementé de leur siège d’élu. Mais bon, souhaitons surtout que cet esprit inspire une nouvelle génération de politiciens qui espérons-le, se pointera en novembre 2017 pour nous faire faire ce Grand bond en avant. D’ici là, espérons donc bien humblement et seulement, cela fait beaucoup d’espérance à avoir, que l’énergie de ce nouvel arrivant sera contagieuse. Ça serait déjà ça.

Ceci étant, il est toujours fascinant de voir la force d’une légende urbaine. Ainsi : «Pascalin Raynault a entendu parler du projet de l’Écomonde, un complexe récréotouristique estimé à 20 M$ qui devrait voir le jour en 2018, et il a voulu en savoir plus. À notre arrivée ici, les gens en parlaient beaucoup. On entendait que c’était un projet de développement important pour la région… Cela m’intriguait.»

«Une légende urbaine est une histoire moderne, se rapprochant du mythe… et se répandant de proche en proche par le bouche-à-oreille ou par d’autres moyens populaires (contemporains ou non)». (source : Wikipédia).

Autrement dit et sans vouloir être réducteur, on nous bassine les oreilles depuis 2002 avec Écomonde, tellement que les Saurelois et les Saureloises en attendent l’avènement comme la redécouverte du St-Graal et autres Arches d’alliance. En fait, est-il utile de rappeler que :

1) le concept d’Écomonde de 2002 est mort au feuilleton depuis longtemps;

2) le nouvel Écomonde ou Écomonde 2.0 (É2.0) du point de vue de son concept est actuellement en phase de développement sur papier, pour éventuellement occuper le bâtiment en rénovation du quai 2. Donc, cet É2.0, du moins publiquement, n’est appuyé sur aucune étude de marché ni aucun plan d’affaires, comme il est de pratique courante d’exiger, avant de cautionner un projet (ex. : Festival de la gibelotte, rénovation du Centre Notre-Dame).

3) il ne faut pas confondre comme le font plusieurs, y incluant certains journalistes et commentateurs, le réaménagement actuel du quai 2 et É2.0. Ce sont deux projets mutuellement exclusifs. Ce qui est en construction-rénovation, c’est exclusivement le quai 2 avec un bâtiment qui pourrait à terme, être occupé par le projet Écomonde; si ce dernier voit un jour le jour, avec une probabilité réaliste et non pas politicienne ou rêveuse, de rentabilité financière.

Par ailleurs, en termes de développement économique, l’ouverture d’un nouveau restaurant peut-être vue d’au moins 2 façons.

1) D’une part, un restaurant est essentiellement une activité de type tertiaire à faible valeur ajoutée, à cause des salaires peu élevés qui sont payés dans la restauration, eut égard aux faibles marges de profit dans cette industrie. D’autant plus qu’à Saurel, nous sommes en présence d’une faible croissance tant de la population que de la structure des revenus, dans une offre de restauration a priori suffisante.

2) D’autre part, et c’est le risque de l’entrepreneur, un projet comme celui de Pascalin Raynault est le signal d’un anticipation positive, quant aux futurs développements à la périphérie de l’endroit où son restaurant sera situé. Il faut donc comprendre ici, que l’on anticipe dans l’aire de marché du restaurant, une activité économique qui sera telle, qu’elle pourra générer une clientèle apte à fréquenter un établissement comme celui qui est envisagé par Pascalin Raynault.

Notons que l‘augmentation de l’offre de restauration est donc une bonne nouvelle, pourvu que celle-ci ne vienne pas cannibaliser les joueurs déjà en place, surtout s’ils sont déjà performants.

Notons aussi que le «On va faire quelque chose qu’on ne voit pas ailleurs» suggère implicitement une structure de prix des repas du restaurant, dans une fourchette supérieure. L’exclusivité et le «wow» ont toujours un prix. Ce qui signifie une gamme de clientèle réduite, mais à revenu supérieur et donc, une aire de marché qui va bien au-delà des limites géographiques de la ville de Saurel. C’est à suivre.

Bref, souhaitons un gros bienvenu chez nous à Pascalin Raynault et sa conjointe, madame Martine Ladouceur. Souhaitons-leur surtout, la meilleure des chances dans cette nouvelle aventure et pour stimuler leur imagination, voici ci-après, leur défi 🙂 🙂 🙂

screenshot-at-2016-09-28-213520

Un petit mot sur DANO

Cette semaine dans la chronique Saurel en mouvement (à partir du 29 septembre 2016), nous abordons 4 thèmes, toujours dans le contexte de notre coin de pays. On commence avec un cas de gouvernance municipale, drôlement gouvernée. Ensuite, nous regarderons du côté de la ville de Matane, question de voir les bonnes idées, ailleurs. Troisième thème : on parlera de robots, mais pas de science-fiction. Finalement, nous discuterons de la vitesse dans nos rues avec notre analyste en sécurité publique, M. Claude Carpentier.

Note : Pour le volet Robot – voir : Nouvelles technologies : la robotisation progresse, Un regard économique sur un phénomène mondial, Desjardins Études économiques, septembre 2016.

Aussi : Les robots sont (presque) meilleurs que vous, L’Actualité, 21 septembre 2016

Mise au point – une autre : L’objectif de DANO est d’obtenir des réponses. En ce sens, le canevas d’entrevue, en autant que faire se peut, est communiqué au préalable aux invités. L’objectif n’est pas de «pincer» personne, l’invité est réputé capable de le faire lui-même, s’il n’est pas en maîtrise de son sujet ou s’il veut jouer à cache-cache. C’est comme à l’université pour les questions à développement : avoir le libellé des questions avant l’examen ou pendant. J’ai toujours été un partisan du «avant», sauf pour les démonstrations mathématiques. Cela favorise la réflexion profonde sur un sujet, sur le fond des choses. Les frimeurs détestent généralement cette formule, étant incapables de s’assumer. Veuillez noter que le fait de transmettre au préalable le canevas d’entrevue n’est pas une consultation sur celui-ci, mais a simplement pour but de faciliter la préparation. C’est comme un aide à la tâche.

Gardons le sourire! «Presque tous les hommes peuvent faire face à l’adversité; mais si vous voulez tester les capacités de quelqu’un, donnez-lui du pouvoir.», traduction libre de «Nearly all men can stand adversity, but if you want to test a man’s character, give him power.», Abraham Lincoln (1809 – 1865)

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

Trois commentaires suite à l’entrevue de Frédéric Tremblay, directeur général de Parc éolien Pierre-de Saurel (PEPS) à l’émission DANO de iPix.tv.

1) Certains m’auraient trouvé un tantinet mou avec Frédéric Tremblay. Je tiens à rappeler que DANO est une émission d’affaires publiques pour aller au fond de choses. Ce n’est pas une émission de débat ni un interrogatoire. Si d’aventure, je sentais qu’un invité nous « bullshit », alors je pourrais être plus insistant. Dans le cas qui nous occupe, Frédéric Tremblay a été tant un gentleman d’une grande honnêteté que généreux dans ses réponses. C’est ma perception. Bref, les invités sont libres de leur réponse et donc, de leur conséquence.

Je rappelle que le projet de PEPS, maintenant en phase construction, est presque terminé et ce faisant, qu’il a reçu toutes les autorisations requises. Nous pouvons revenir sur l’absence de référendum et chicaner, mais en bout de piste, « Money Talk ». Autrement dit, si l’argent est là en juillet 2017 et pour 20 ans, on le prendra et on ira de l’avant comme communauté. Le reste fera dorénavant partie de l’histoire et donc, des leçons à tirer pour l’avenir.

2) Au sujet de la localisation à Massueville des bureaux et ateliers de PEPS. Comme plusieurs et sur ce blogue, nous avions émis des réserves sur ce choix, considérant qu’à Saurel il y a déjà des locaux adéquats à louer. Ce que j’ai mieux compris lors de cette entrevue, c’est que les besoins de maintenance en continu pour des équipements comme des éoliennes sont tels, qu’il faut constamment être sur place, d’où le choix de Massueville pour les 2 à 3 techniciens qui auront ces responsabilités.

3) Relativement à la durée de la dernière entrevue avec Frédéric Tremblay – 33 minutes 8 secondes – est-ce long, trop long? DANO, c’est pour aller au fond des choses, pour le reste, il y a le Journal de Montréal. Ceci étant, je cours toujours après ce Journal de Montréal qui a meublé ma jeunesse, surtout quand j’arrive dans un resto, le matin, pour petit-déjeuner. On peut sortir un gars du boulevard Cournoyer, il reste toujours un gars du boulevard Cournoyer.

20160924_133811

Crédit photo : Votre humble serviteur, hier à Yamaska. Dans mon imaginaire, nos éoliennes étaient plus hautes et moins massives. Bref, un mécano qui semble pas mal solide.

Worst possible time for HQ deal

Pour ceux et celles que le sujet intéresse (en anglais) : https://bondpapers.blogspot.ca/2016/09/worst-possible-time-for-hq-deal-nlpoli.html

Avec des collègues, pour placoter, avec l’aide d’une seule carte géographique, on se questionnait souvent sur le projet de Muskrat Falls de Terre-Neuve. En fait, on arrivait toujours à la même conclusion : à l’oeil, ce projet ne serait jamais financièrement rentable. Surtout qu’il a commencé avant la chute du prix du pétrole et l’émergence aux États-Unis d’une industrie despérados du gaz de schiste.

Il le sera peut-être un jour, à la condition que le Gouvernement du Canada y injecte encore plus de milliards de dollars de notre argent, sans en parallèle, ne jamais avoir financé HQ. C’est comme le potentiel pont entre Saurel et Berthier, une impossibilité financière sans une aide massive de Québec, surtout qu’hier, en prenant notre marche, il n’y avait qu’une dizaine de voitures en attente à 14 h 30 pour prendre le traversier, un samedi après-midi.

Parlant de pont

JYL va encore être en c… après moi, mais pourquoi M. Luc Poirier des Investissements Luc Poirier fait un fixe sur notre projet de pont? S’il veut absolument se payer un pont, je lui suggère de regarder du côté de Québec. À moins que les sirènes de Contrecoeur soient les plus fortes. À suivre.

Lecture suggérée : Troisième lien Lévis-Québec : la CAQ fait pression sur les libéraux, La Presse, 24 septembre 2016.

Le quai 2 sort du placard

Ce que j’appelle La place des Saurelois, le quai 2 en aménagement, s’est finalement affiché publiquement selon sa vraie nature.

20160924_141625

Crédit photo : votre humble blogueur

Probablement un effet de perspective, mais les trois cercles de pelouse présentés ne semblent pas égaux? Pourquoi une piste d’atterrissage pour hélicoptère à l’extrémité du site? Pourquoi permettre la circulation automobile sur ce site? Les pastilles flottantes ont disparu, pourquoi, quoiqu’on s’en doute? Enfin, probablement encore un effet de perspective, mais le bâtiment supposé accueillir Écomonde 2.0 semble pas mal petit, en regard des ambitions de ses promoteurs.

D’ailleurs, au sujet d’Écomonde 2.0, est-ce que quelqu’un a vu le plan d’affaires de ce projet? Pourtant, l’exigence d’un plan d’affaires pour le Festival de la gibelotte semble non-négociable. Probablement une histoire de poids et de mesures qui ne se parlent pas.

Vitesse de croisière électoraliste

Les élections municipales de 2017 s’en viennent et certains conseillers municipaux de la ville de Saurel « Changent (déjà) de vitesse » en sortent de leur torpeur pour enfourcher un cheval de bataille populaire, toujours sans solution, de la vitesse dans les rues de notre ville.

C’est le cas de la conseillère Dominique Ouellet qui déclarait récemment, frontpage dans le journal La Voix, à propos de la vitesse sur le boulevard Fiset : « C’était la demande principale de tous les résidents que j’ai rencontrés lorsque j’ai fait du porte-à-porte pendant la dernière campagne électorale… » La campagne électorale dont on parle, c’est celle d’octobre novembre 2013 et nous sommes presque en octobre 2016. Question : il s’est passé quoi de concret pendant tout ce temps, madame Ouellet? Elle qui dit avoir : «  fait de ce dossier son principal cheval de bataille dans les dernières années, mais qui ne s’attendait pas à rencontrer autant de difficultés. » C’est la première fois que j’entends madame Ouellet parler publiquement de ce sujet. Bref, les vocations en rétropédalage sont souvent suscitées par les voies impénétrables du Seigneur.

Bref, d’un côté, madame Ouellet affirme que ce ce secteur est « extrêmement dangereux » mais le Ministère des Transports et la Sûreté du Québec disent que non, c’est « business as usual ». Qui dit vrai? Surtout à l’époque de Donald Trump, la tendance politicienne est de crier aux loups, pour faire peur, amasser des votes, même s’il n’y a pas de loups.

Une chose est certaine, ce sont toujours les autres qui dépassent les limites de vitesse et la SQ n’est jamais là où elle devrait être.

Suggestion de lecture : La trappe à ticket du major Beaudet, SDU, 28 avril 2014

Gardons le sourire! « Lorsque la vitesse d’évolution du marché dépasse celle de l’organisation, la fin est proche. » Jack Welch, ancien PDG de General Electric. Corollaire : « Lorsque la vitesse de développement de tes villes voisines ou concurrentes dépasse la tienne, écoute et pose-toi des questions ».

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

Pour débuter, un peu d’autoglorification personnelle : sur iPix.tv, je vous invite humblement à voir une nouvelle version de la chronique Saurel en mouvement. On se souviendra que celle-ci fait suite à la décision de scinder l’émission DANO en 2 : DANO – Entrevue et DANO – Saurel en mouvement.

 screenshot-at-2016-09-22-084802

Donc, présentement disponible en diffusion mondiale ma chère sur iPix.tv, voici le verbatim de l’introduction de cette chronique : « Bienvenue à DANO pour cette nouvelle chronique de Saurel en mouvement sur iPix.tv, première webtélé dans la grande région de Sorel-Tracy. Aujourd’hui, 4 thèmes seront abordés, allant de nos succès économiques locaux en passant par le Festival de la gibelotte, St-Jérome et la stratégie maritime du gouvernement du Québec, volet Sorel-Tracy. Pour le mot de la fin, c’est nul autre que le grand Napoléon Bonaparte qui nous fournira des pistes de réflexion qui sont encore des clés de lecture pour le futur. Au retour, on parle de fromage et de bière. »

Merci à mon nouvel ami, le télésouffleur et au directeur général, réalisateur et homme à tout faire de iPix.tv : M. Philippe Manning.

Ipix.tv : http://www.ipix.tv/

DANO sur iPix.tv : http://www.ipix.tv/dano

Sorel-Tracy, Sorel et Saurel

Extrait d’une récente conversation réelle, entre mon moi-même et une dame que nous appellerons Germaine, une résidante de notre coin de pays.

Germaine : « Sorel-Tracy, quel drôle de nom pour une ville, incapable de s’assumer en se donnant un nom qui a de l’allure. »

Moi-même : « Artificiel? »

Germaine : « Heu? »

Moi-même – pour faire mon fin-fin : « Pourquoi pas Saurel, S-A-U-R-E-L? »

Germaine, sans appel : « Sorel, S-O-R-E-L »

Fin du sujet, je me suis dit : « C… on en sortira jamais ».

St-Jérome – Planification stratégique

Voici l’hyperlien avec le Plan stratégique de St-Jérome intitulé Destination 2020 : http://www.vsj.ca/fr/plan-strategique-destination-2020.aspx

Pourquoi les politiciens et les citoyens de St-Jérome sont-ils capables de se mobiliser pour réaliser un plan stratégique et pourquoi sommes-nous incapables de la faire, ici dans la ville et la région de Saurel?

Poser la question, c’est chercher une réponse. Et celle qui s’impose a priori, c’est celle d’un manque criant de volonté politique. Bref, c’est l’expression, preuve à l’appui, d’un manque total de vision de la part de la classe politique, à tous les niveaux, quant à notre avenir collectif.

Vous dites que je suis dans les patates. OK, prouvez-moi donc le contraire.

Dernière heure : le conseiller Patrick Péloquin sera ce midi, sur les ondes de CJSO – On a des choses à dire – sur le sujet de (l’absence) de planification stratégique pour la ville de Saurel. À suivre.

Michel Onfray – Philosophe

Suggestion de lecture, de mon philosophe vivant préféré : « Les médias de masse ont intérêt à cultiver l’imbécillité » (Le Figaro, 19 septembre 2016). Du bonbon.

D’autant plus que l’article du Figaro commence par : « Alors qu’il lance sa propre Web TV… le philosophe Michel Onfray dresse un réquisitoire sans concession contre des médias devenus symboles de la défaite de la pensée. »

Pourquoi lance-t-il sa propre webtélé? « Pour disposer de temps afin de développer des argumentations et des démonstrations, ce qui est impossible dans un média dans lequel le temps c’est de l’argent. »

Du bonbon, je vous le dis.

Maurice Parent, mon ami

Nous sommes de nouveau ami Facebook. Quelle joie! Pourquoi ne l’étions-nous plus? Imboglio facebookien de changement de compte, y paraît. Bref, la vie comme c’est souvent le cas, est une suite de problème de communication.

Gardons le sourire! « Les hommes ignorent leur place dans l’univers. S’ils la connaissaient, ils prendraient mesure de la démesure du cosmos et de l’insignifiance de leur existence. Nous faisons un événement considérable de notre vie qui importe aussi peu que l’être d’une feuille dans un arbre. Les glissements de l’éphémère sur le miroir d’une mare d’eau croupie résument le destin de chacun qui se croit monde à lui tout seul. » Michel Onfray dans le Manifeste hédoniste, 2012

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

À tout seigneur tout honneur, on va commencer par les rectifications. Jeudi dernier, j’étais à CJSO comme chroniqueur invité. À un moment donné, parlant de l’implication de la ville de Saurel dans la stratégie maritime du gouvernement du Québec et l’implantation d’une zone industrialo-portuaire chez nous, j’ai dit que pour l’instant, c’était le silence radio.

screenshot-at-2016-09-20-073029

En fait, je ne sais pas si je dois m’excuser pour une erreur par omission. Toujours est-il que la revue municipale Regard (automne 2016), sous la plume du maire Serge Péloquin nous indique que : « Du côté économique, le comité mis sur pied pour la désignation de la zone industrialo-portuaire a déjà tenu plusieurs rencontres en vue de déposer son plan de développement en février 2017. Présidé par le commissaire industriel de Sorel-Tracy, Jacques Thivierge, le comité local d’implantation de la ZIP Sorel-Tracy est constitué de Marc Guèvremont, directeur général par intérim, Pierre Dauphinais, directeur du Service de la planification et du développement urbain (SPDU), Josée Plamondon et Stéphanie Roy de la Société de développement économique (SDE), de même que de différents représentants du gouvernement du Québec. Une vingtaine d’entrepreneurs et d’industriels locaux ont participé à l’exercice de planification stratégique. D’autres représentants locaux, de la MRC et de la Ville de Saint-Joseph-de-Sorel ont participé à certaines des rencontres du comité local, particulièrement pour les questions reliées à la délimitation de la ZIP. La carte ainsi obtenue a reçu toutes les approbations locales et sera acheminée au comité directeur du réseau des ZIP à Québec pour l’approbation finale. »

Bref, je n’avais pas lu l’édito du maire Péloquin, moi qui me vante d’être bien informé et qui fais souvent la leçon à nos politiciens locaux, quant à leur manque de rigueur. Voilà, arroseur arrosé, je suis; et cela a sûrement dû faire plaisir à plusieurs Adorateurs.

Le monde à l’envers

Dans Le Devoir du 19 septembre 2016, José Bové, altermondialiste militant français bien connu « dénonce l’imitation de fromages français par le Canada » dans le cadre de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, en négociation. Il réclame l’abandon de ce traité non encore signé.

La Laiterie Chalifoux par exemple, qui vient notamment de gagner un prix Caseus avec l’un de ses produits, fait donc peur aux Français, avec les autres producteurs québécois et canadiens, pour la fabrication d’une spécialité française et européenne, le fromage. Spécial. Alain Chalifoux et son équipe doivent sûrement et à juste titre, se bidonner.

Gibelotte – Consultation

C’est ce soir que le Festival de la gibelotte (FdeG ci-après) consulte les citoyens sur son avenir. J’y serai. J’espère que nous serons nombreux même si cela signifie un temps de parole limité. Alors, ce que je dirai si j’en ai l’opportunité, considérant que ce blogue a abondamment traité de ce sujet.

Je suis un partisan du FdeG dans le centre-ville historique de Saurel (et pas ailleurs), mais celui-ci doit être utilitaire en termes de retombées économiques et de rayonnement de notre ville, pour en améliorer l’image de marque et la réputation extrarégionale. Deux créneaux pourraient être présentés :

1) un volet fenêtre sur le l’univers, genre Foire commerciale, ne serait-ce qu’embryonnaire en commençant. Par exemple, notre industrie mécanosoudée est dynamique, il faudrait le montrer. De même, tout notre secteur agroalimentaire est florissant, il faudrait aussi le présenter à la face du monde. Alain Beaudin, vient vendre tes fines herbes dans le carré Royal, avec comme voisin, Yves Bérard avec sa Fand’Chienne de bière.

2) un volet entertainement, mais qui se trouverait un créneau porteur par exemple, celui du Western. Aussi, le développement d’alliance avec l’Exposition agricole.

Autres idées déjà avancées sur ce blogue : faire de Saurel un Off-Osheaga et produire un immense karaoké avec Éric Salvail à l’animation.

Par ailleurs, un événement comme celui de l’été 2016, La Fête au centre-ville est de peu d’intérêt. Ceci étant dit en tout respect pour ses artisans et les artistes qui s’y sont produits. Mais ce genre d’événement est surtout une grosse fête de quartier pour les résidants à proximité du centre-ville historique du Vieux-Saurel. Il ne satisfait pas les critères ci-haut mentionnés.

Suggestion de lecture pour Claude Carpentier

C’est une suggestion pour notre sympathique ex-candidat Libéral aux dernières élections fédérales, qui n’hésite jamais, mais de moins en moins, à nous rappeler que s’il avait été élu, notre coin de pays irait bien mieux, économiquement du moins.

Donc, la suggestion, c’était dans la version Canadian du Huffington Post (17 septembre 2016) : Trudeau Government’s First Months Were Least Productive In Decades.

D’ailleurs, encore ce matin, dans La Presse +, Vincent Marissal écrit : « Difficile à dire parce que pour le moment, le succès de M. Trudeau repose beaucoup plus sur ce qu’il a promis de faire que sur ce qu’il a accompli après bientôt un an au pouvoir. Les très nombreux voyages du premier ministre Trudeau à l’étranger ont confirmé son statut de sensation sur la scène internationale et, ici, les sondages très favorables font perdurer la lune de miel entre le chef libéral et l’électorat. Soit, mais le bilan, à ce jour, est mince. »

Cette dernière remarque mon cher Claude, avec qui je suis membre sur le conseil d’administration de la Fondation des amis de la bonne entente, est une évaluation quasi unanime des médias. À suivre.

Gardons le sourire! Drôle de société que la nôtre, on boit systématiquement les paroles d’une Céline Dion comme s’il s’agissait d’un oracle, considérant que hors des paroles de ses chansons et de son immense talent de chanteuse et de bête de scène, c’est souvent l’éloge du vide. Ceci étant, même phénomène, dans les 2 Rives (19 septembre 2016), un article intitulé : La région bien représentée au gala des Gémeaux. Intéressant, on ne peut que féliciter les gens qui y sont mentionnés. Ceci étant, je voudrais souligner la présence continuelle de 2 artisans de chez-nous, qui à leur manière contribuent grandement au dynamisme de l’industrie culturelle québécoise et même de la nôtre ici, à Saurel. Je parle du journaliste d’Allo Vedettes et animateur à CJSO, Luc Denoncourt et du photographe Philippe Manning, tous les deux présents lors de cette soirée des Gémeaux.

Dans le cas de Philippe, lui qui ne ménage jamais ses efforts, il est aussi très occupé par le lancement d’iPix.tv, première et seule webtélé de la grande région de Saurel. Je lui dédie ce billet.

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

screenshot-at-2016-09-17-142615

Yves Bérard et son équipe, dont le maître brasseur Jan-Phillippe Barbeau, lançaient récemment (16 septembre 2016) la bière Loup Rouge. Je suis un amateur de bière, mais malheureusement, je n’ai toujours pas eu l’opportunité d’y goûter; sauf à l’époque du Loup Rouge le bar, si on parle du même produit. « Any way », dans tous les cas, ça viendra sûrement et je pourrai mettre mes divines babines sur le précieux liquide.

En attendant, nous ne pouvons que souhaiter à Yves Bérard et son équipe, tout le succès qu’ils méritent. Pour avoir côtoyé Yves en plusieurs occasions, je comprends, sans connaître les détails, que l’effort financier pour lancer ce nouveau produit à été important. Je sais aussi que l’énergie et les longues heures de travail d’Yves et de ses collaborateurs ont été leur pain quotidien. Bref, tous nos vœux de succès t’accompagnent et le jour où tu feras de l’argent en masse avec ta brasserie, tu l’auras totalement mérité.

Mon seul bémol, que je ne peux passer sous silence, c’est la mention sur les étiquettes : « Brassée à Sorel… » Je sais, je suis fatigant avec ça. Mais Sorel, je l’ai dit à Yves par courriel, ça n’existe plus – je me répète. Comme l’a dit l’ingénieur Marcel Fafard lors d’une entrevue récente que nous avions dans le cadre de l’émission Saurel et moi à MAtv : « La Marine, c’est fini ». Donc, Yves, vous êtes à revoir les étiquettes avec l’imprimeur, ce que je comprends, il faudrait peut-être en profiter pour corriger le tout, genre : « Brassée à Saurel… »

Entre deux patentes qui n’existent pas, prendre celle qui est le plus porteuse d’avenir – Saurel – serait à mon sens, un signe positif.

La page Facebook Créons une ville de Saurel pour tous en est maintenant, graduellement, à 300 J’aime.

DANO et la chronique Saurel en mouvement

« Work in progress », c’est de cette façon que l’on pourrait qualifier, contre vents et marées, l’évolution de DANO à iPix.tv. En ce sens, à l’origine, DANO (je sais, c’est un nom pour m’autoglorifier… espérant le tout réglé avec les Adorateurs), c’était une émission d’une trentaine de minutes en deux parties.

1) Une entrevue avec un collaborateur, un observateur de la scène municipale, un acteur ou une actrice de celle-ci, etc.

2) Une chronique intitulée Saurel en mouvement, qui nous permettait de faire le point sur différents thèmes pouvant avoir une influence sur notre vie socioéconomique.

Pour différentes raisons, nous – avec Philippe Manning – avons décidé de scinder l’émission DANO en deux, sur la base de ce qui existe, mais en faisant deux capsules différentes, donc plus courtes à regarder.

Ainsi, pour la prochaine de DANO, nous prévoyons pour jeudi matin le 22 septembre 2016, présenter uniquement la chronique Saurel en mouvement. L’entrevue prévue avec Frédéric Tremblay, directeur général de Parc éolien Pierre-de Saurel aura lieu le 23 septembre 2016 pour diffusion ensuite immédiate, lorsque celle-ci sera formatée.

Bref, cela fera deux produits, d’une durée de 15 à 20 minutes chacun.

Veuillez noter qu’avec la présente émission DANO, la chronique Saurel en mouvement débute à 17 minutes 50 secondes à https://youtu.be/njiJRMSQJpo, après l’entrevue avec Laurent Cournoyer.

Autre changement suggéré par un auditeur : l’animateur et l’invité changeront de « bord » de la table d’entrevue, considérant que nous n’avons qu’une seule caméra, fixe. Selon cet auditeur, la disposition actuelle donne l’impression que l’accent est mis sur l’animateur au détriment de l’invité. Ce qui n’était sûrement pas l’intention, dans tous les sens du terme.

screenshot-at-2016-09-17-195208

Xavier Dolan

Je ne suis pas un amateur du cinéma de Dolan. Son « J’ai tué ma mère », encensée par la critique, tournée dans sa jeune vingtaine m’a littéralement tapé sur les nerfs. Je n’ai pas vu MOMY, portée aux nues par la critique, ni tous les autres films de Dolan; pourtant, j’aime le cinéma. Mais comme il y a unanimité quant à son génie, n’a-t-il pas fait parti du jury du Festival de Canne cette année, je me dois d’admettre, ne serait-ce que par obligation, qu’il s’agit d’un immense cinéaste en devenir. En fait, en matière de cinéaste, je suis un cas classique de Syndrome de Peter : ne comprenant rien à la chose par incompétence, je suis incapable de voir le génie quand il me pend au bout du nez. C’est la vie.

Tout ça pour vous dire, c’est pour cette raison que je vous en parle, que dans le cadre du dernier film de Dolan Juste la fin du mondeprix œcuménique à Cannes en 2016, qui sort présentement sur nos écrans, la critique, surtout aux États-Unis, a reçu son film assez froidement. Tellement que Dolan a très mal pris la chose, nous garrochant à la face, crises et crisettes, son caractère franchement narcissique, le propre de l’artiste en fait. Tellement, qu’il a fait une déclaration qui au-delà d’attirer mon oreille, m’a fait réfléchir : « Je fais des films pour être aimé ». Le talent uniquement au service de soi-même. N’est-ce pas un trait de caractère des génies, pensons à Steve Jobs.

Le lien avec Saurel? Alors, penser faire de la politique dans le monde hypercomplexe qui est maintenant le nôtre en croyant que nous serons unanimement et éternellement aimés est une erreur magistrale. Laquelle induit une grille d’analyse qui mène à des distorsions évidentes dans la prise de décision, des erreurs de jugement, avec des risques importants d’isolement, entouré de ceux et celles qui par clientélisme évident, nous disent ce que l’on veut bien entendre.

Tant qu’à être dans le cinéma : « Les personnages et les situations décrites dans ce billet étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. »

Référence : Xavier Dolan se dit blessé à jamaishttp://www.envedette.ca/videos/xavier-dolan-blesse-critiques-1.1904274

Prix moyen des maisons – quelques comparaisons

Article découvert ce matin, dans ma revue de presse. Source : Les prix moyens des maisons à Sainte-Julie et à Saint-Amable comparés, L’Information, 16 septembre 2016.

Je vous en reparle, mais un extrait : « À Sorel-Tracy, le prix médian d’une résidence est seulement de 160 000 $. » C’est le plus bas dans les villes de comparaison de cet article. C’est surtout l’adverbe « seulement » qui a retenu mon attention. Comment interpréter le tout et comment l’utiliser à des fins de développement économique? Il faudrait y réfléchir, surtout que la ville de Saurel s’est récemment retirée du programme On construit.

Ceci étant, ce que je comprends de l’article, sous l’hypothèse de la qualité des données de prix utilisées, c’est que le prix des maisons, en terme absolu, diminue en direction de Saurel. Espérons, il faudrait le vérifier, qu’il ne remonte pas en direction de Bécancour-Trois-Rivières. Ce qui serait une sérieuse confirmation, du moins une indication de l’avènement de l’ère du trou de beigne à Saurel (voir billet précédent sur ce blogue). Ce n’est sûrement rien pour nous réjouir, loin de là.

Festival de la gibelotte consultation

Il y aura consultation publique le 20 septembre 2016 sur l’avenir du Festival de la gibelotte. C’est à 19 h au restaurant La Fougasse. C’est à suivre. Je devrais y être, ne serait-ce que comme plante verte, pour humer l’atmosphère générale de notre faune locale et donc, le sens du vent.

Gardons le sourire! « Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit, mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu’il se font haïr », Blaise Pascal (1623-1662), mathématicien, physicien, inventeur, philosophe, moraliste et théologien français.

Analyse de cette citation de Pascal : http://www.lemonde.fr/revision-du-bac/annales-bac/philosophie-terminale/texte-de-pascal_t-irde112.html

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv

Grosse annonce hier, Contrecoeur et Varennes s’unissent dans la création d’une zone industrialo-portuaire. C’est ce que l’on comprend à la lecture du communiq sur le sujet, émis le 15 septembre 2016 par le gouvernement du Québec et suite aussi, à l’entrevue qu’accordait à CJSO, la mairesse de Contrecoeur, Madame Suzanne Dansereault.

Ce que j’ai surtout retenu des propos de madame Dansereault, c’est que Contrecoeur fait dorénavant « affaire » avec Varennes et que son regard est donc tourné dans cette direction. Ce que j’ai surtout pu voir, grâce au vidéodirect de CJSO, c’est un maire de Varennes, M. Martin Damphouse, très déterminé en matière de développement économique; et la détermination est un puissant facteur de réussite, tandis qu’ici à Saurel, le développement économique ne semble pas réellement une priorité de la classe politique. Bref, une impression de vivre dans deux mondes qui se voisinent sans se côtoyer.

De même, en fouillant sur le site internet de la Stratégie maritime, je suis tombé sur un communiqué (12 septembre 2016) intitulé : La zone industrialo-portuaire de Bécancour : un atout majeur du réseau portuaire québécois. Ma première réaction, c’est de me dire que, quand tout le monde est une zone industrialo-portuaire tout le long du St-Laurent, plus personne en l’est et que nous sommes en présence de l’éternelle et traditionnelle stratégie gouvernementale du saupoudrage des nananes.

Mais ce qui a attiré mon œil dans ce communiqué, c’est le passage suivant : « Dans le cadre de la visite du territoire de la Stratégie maritime, organisée par la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, et le ministre délégué aux Affaires maritimes, Jean D’Amour, une quinzaine de membres du corps diplomatique se sont rendus dans la région du Centre-du-Québec. Après avoir entamé leur tournée au port de Montréal, plus tôt, aujourd’hui, les consuls étaient de passage à Bécancour afin d’y découvrir la zone industrialo-portuaire, un maillon important du réseau portuaire québécois. En plus d’avoir visité cette zone industrialo-portuaire, les participants ont pu s’enquérir des occasions d’affaires que présentent les installations de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour (SPIPB), et ce, par l’entremise du témoignage d’une entreprise résidante et du PDG de la Société, Maurice Richard. »

Bref, le gouvernement Libéral du Québec a sauté par dessus Saurel. Chacun jugera du pourquoi. Si « pourquoi » il y a.

Comme Contrecoeur et Varennes, Saurel s’est aussi vu accorder un 125 000 $ le 14 avril 2016 – voir : Québec accorde jusqu’à 125 000 $ pour l’élaboration du plan de développement relatif à l’implantation d’une zone industrialo-portuaire à Sorel-Tracy. Mais depuis ce temps, pas de son pas d’image, ce qui par ailleurs, n’indique pas qu’aucun travail ne s’est effectué. C’est à suivre.

Est-ce que Saurel aurait pu tenter de faire un « joint-venture » avec Contrecoeur dans le cadre de la Stratégie maritime? Selon les propos de madame Dansereault dans l’entrevue ci-haut mentionnée, elle a appris l’événement du 14 avril 2016 (mentionné précédemment) par le biais des médias. Alors, nous avons notre réponse.

Il semble donc ici que Saurel fasse cavalier seul. Ce qui stratégiquement pourrait se défendre pourvu que nous ayons une stratégie en ce sens. En avons-nous une? Pour l’instant, n’étant pas dans le secret des Dieux, nous sommes en attente.

Ceci étant, les forces d’attraction qui partent de Contrecoeur en direction de Varennes, de Brossard et des États-Unis sont un puissant moteur de croissance économique. De même, on ne peut nier le dynamisme de la zone de Bécancour, celle de Trois-Rivières abondamment commentée sur ce blogue sans oublier une ville de Québec qui a littéralement le feu dans les dents.

Au milieu de tout ça? Saurel. Sommes-nous un trou de beigne en devenir? Il faudrait y voir.

ptruca1-21751809reg

Lecture complémentaire : Aller au-delà du ZIP, 5 erreurs (au moins) à éviter en dézippant la chose, SDU, 19 avril 2016

LHJMQ : La moitié des équipes déficitaires

Lecture suggérée dans La Presse + de ce matin, surtout pour les partisans à l’époque, dont j’étais, du retour des Éperviers dans la Ligne de hockey junior majeur du Québec.

Gardons le sourire! Pour ceux et celles qui sont déjà en manque de ma voix mélodieuse aux propos de miel et qui ont franchement été impressionné par la première de DANO sur iPix.tv avec Laurent Cournoyer, je vous invite à boire mes humbles paroles de nouveau, sur CJSO où j’étais hier, chroniqueur invité à On a des choses à dire. Pour parler de quoi? Je vous laisse le découvrir : http://www.cjso.ca/wp-content/uploads/2016/09/On-a-des-choses-%C3%A0-dire-15-sept-2016-Partie-4.mp3

Jocelyn Daneaujocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv/

Privilège de retraité : le temps, celui que nous avions avec Madame, pour assister cet après-midi à la conférence de l’ex-journaliste de Radio-Canada toujours journalistes dans l’âme, monsieur Pierre Maisonneuve. Le titre de sa conférence : Les nouveaux prédicateurs.

Conférence de 100 minutes dont 20 de questions, je m’attendais à me faire ramasser comme blogueur, pour m’apercevoir que finalement, même si je n’étais pas un journaliste professionnel, je n’étais pas si pire, au sens de la grille d’évaluation bien personnelle de Pierre Maisonneuve. Au-delà d’une certaine frustration qu’il exprime de façon non verbale, Maisonneuve en a surtout contre l’absence de rigueur des chroniqueurs qui font du tout et du n’importe quoi, genre Martineau, pour s’assurer de la notoriété et donc, de la facturation. Mais Maisonneuve est bien conscient qu’à l’ère de l’ubérisation galopante de l’activité économique et des coupures à Radio-Canada, on ne peut y échapper. Pour lui, nous sommes à l’ère du fast-food de l’information où les nouveaux gourous du journalisme, surtout des chroniqueurs avec des dons manifestes d’ubiquité inter-réseau, sont surtout préoccupés par leur notoriété au détriment de la vérité des faits.

Bref, Pierre Maisonneuve se désole que les personnes – des journalistes – qui ont étudié un sujet donné, deviennent à l’ère des médias sociaux, moins crédibles que les « Grandes-gueules » de ce nouveau monde médiatique qui émerge.

Pierre Maisonneuve a fait grand état d’un article paru récemment dans La Presse : Trump, politicien post-factuel. Lequel a été rapporté sur ce blogue dans un billet intitulé : 375e bizarreries, les Trumperies à Saurel et autres illuminations (SDU, 28 août 2016). Je vous encourage à lire le tout pour vous rendre compte de l’environnement d’infospectacle et de politique-spectacle, qui devient graduellement le nôtre.

Comme je l’ai souvent rapporté sur ce blogue, je n’écoute jamais Tout le monde en parle de Guy A. Lepage. Pierre Maisonneuve itou. Pour lui, ce que j’ai compris, TLMP est la quintessence des émissions usurpatrices (il ne semble pas y avoir de féminin pour imposteur) où sous le couvert d’un show de variétés, on fait dans l’information post-factuelle, les débats de société entre artistes s’improvisant experts et des politiciens à la recherche de crédibilité facile, souvent incapables « d’affronter » un journaliste professionnel. Bref, moi et Maisonneuve à propos de TLMP, nous sommes est en symbiose.

Là où j’ai bien ri… jaune, c’est quand Pierre Maisonneuve nous a raconté que retraité à l’emploi de radio-Ville-Marie, il avait été pour la première fois de sa vie, congédié pour délit d’opinion quand il n’était même pas rémunéré. Je suis venu sur le point de lever ma main et de lui dire que moi aussi, chroniqueur non rémunéré au 2 Rives, j’avais été congédié pour des motifs similaires.

Bref, c’était la première de l’Université du 3e âge, affiliée avec l’université de Sherbrooke, qui est présente à Saurel depuis 19 ans. Nous étions plus de 100 personnes dans la salle dont les 2/3 étaient des dames. La prochaine conférence, mercredi PM prochain : L’architecture Art nouveau et ses propositions déconcertantes. J’ai bien hâte.

screenshot-at-2016-09-14-201725

Légendes urbaines

Pour ceux et celles que cela intéresse (en anglais) : 52 Common Myths, Rumors and Falsehoods Debunked

C’est du site Big Think, un site internet quand même assez sérieux, proposant des textes et des vidéos de réflexion. Ceci étant, à Saurel, nous avons nos mythes et nos légendes urbaines comme celui d’Écomonde : tout le monde en parle, mais personne ne sait réellement de quoi il s’agit.

DANO

La première de DANO (un humble titre qui m’auto-glorifie) a été enregistrée ce matin chez iPix.tv avec comme invité, M. Laurent Cournoyer, nouveau président du Conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industrie de Sorel-Tracy. C’est une émission de 33 minutes 41 secondes; avec moi, rien n’est jamais court. Aussi, en deuxième partie d’émission, vous verrez la chronique : Saurel en mouvement. Merci au réalisateur et DG d’iPix.tvPhilippe Manning. Bref, cela devrait être en onde demain matin, au plus tard, à 9 h.

La semaine prochaine à DANO, nous avons comme invité, Frédéric Tremblay, directeur général de Parc éolien Pierre-de Saurel. Nous ferons le point l’évolution du projet. Si vous avez des questions, vous pouvez me les faire parvenir. De plus, si vous avez des sujets d’émission à proposer, pas de gène.

Je dédie cette chronique à Gary Carpentier, mon photographe préféré du quotidien, qui semble en manque d’un nouveau billet sur Saurel dans l’univers.

Gardons le sourire! « Nul bonheur, nulle sérénité, nulle espérance, nulle fierté, nulle jouissance de l’instant présent ne pourraient exister sans faculté d’oubli. » Friedrich Nietzsche (1844-1900).

Jocelyn Daneau, jocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv/

Dans La Presse + de ce matin, 2 articles décrivent un projet qui pourrait et aura des impacts considérables sur notre ville, notre région et surtout, sur Écomonde 2.0, pourvu que celui-ci voie le jour, un jour.

1) PROJET TOD QUARTIER – Les derniers détails réglés d’ici un mois, dit Devimco

Extrait : Devimco prévoit construire un tout nouveau projet immobilier à usage mixte à l’angle des autoroutes 10 et 30, estimé à 1,2 milliard de dollars. Si tout se déroule comme prévu, ce quartier axé sur les transports en commun (« transit-oriented development », ou TOD) sera relié directement à une gare du futur train électrique de la Caisse.

2) PROJET TOD QUARTIER – Début des travaux en avril

Extrait : SPECTACLE MULTIMÉDIA – Selon Serge Goulet, le cœur du projet sera la Place de la gare, un espace public de 100 000 pieds carrés qui sera entouré de bâtiments de 10 à 25 étages et de commerces de proximité. Un stationnement souterrain sera construit sous cette place.

Devimco est en négociations avancées avec une grosse boîte multimédia montréalaise – que Serge Goulet a refusé de nommer – pour concevoir un spectacle audiovisuel permanent, 12 mois par année, dans cette place publique. Les projections lumineuses se retrouveront également dans la « rue d’ambiance » adjacente, ainsi que dans le parc public de 150 000 pieds carrés qui sera aménagé juste à côté de la Place de la gare, affirme le promoteur.

« L’idée dans cela, c’est d’en faire un lieu public pas juste pour notre projet, mais aussi pour Brossard et pour la Rive-Sud, voire la région de Montréal. Si on arrive à avoir un bon show son et lumière, ça va devenir un attrait touristique suprarégional. »

Vous trouvez que cela ressemble à Écomonde 2.0?

Extrait du communiqué d’Écomonde du 26 juillet 2016 : « À la suite d’un rigoureux processus d’analyse et de sélection, la firme XYZ Technologie culturelle a été choisie pour concevoir et réaliser le futur concept d’expériences multimédias immersives d’Écomonde du lac Saint-Pierre sur le quai no 2 à Sorel-Tracy. »

Il ne faut pas faire une longue réflexion pour constater que tout ce qui gravite autour de l’intersection des autoroutes 10 et 30 sera une solide et démentielle concurrence, tant pour la ville de Saurel que pour plusieurs municipalités même loin à la ronde.

C’est donc une concurrence énorme au projet Écomonde 2.0 en développement. C’est une concurrence énorme pour notre région en terme de critère de localisation pour une entreprise et donc, de délocalisation comme vient de le démontrer GE (Alstom).

Comme je ne le cesse de le répéter depuis des années, l’avenir de Saurel passe par la 30 en direction des États-Unis; elle ne passe pas par un mythique pont entre Saurel et Berthier. Comme je ne le cesse de le répéter depuis des années, l’avenir de Saurel passe entre autres, par le développement d’une stratégie basée sur l’industrie des arts et de la culture, genre District culturel, laquelle nous différenciera de la tendance actuelle où tous se lancent dans le multimédia immersif et autres projections lumineuses.

Ceci étant, il ne faut pas nous arrêter à la moindre alerte. Mais il faudrait au moins réfléchir nos gestes dans leur contexte. Saurel n’est pas une île, mais dans l’univers. Bref, il faut arrêter de voir notre développement uniquement par le biais de la lorgnette du seul Écomonde 2.0 encore sur papier pour en venir à développer une stratégie globale pour notre développement. Réfléchissons et vite, parce que les autres ont déjà commencé à dépenser avec en plus, du gros argent.

À lire : Solar Uniquartier : un projet immobilier d’un milliard voit le jour à Brossard, Radio-Canada, 12 septembre 2016

screenshot-at-2016-09-12-124108

Dose d’humilité

Une nouvelle qui m’a grandement surpris et attristée cette semaine : Le Jardin des Curiosités n’est plus accessible au public (Les 2 Rives, 8 septembre 2016). Selon madame Puech, sa propriétaire : « … les jardins n’intéressent plus grand monde… Personne de la région ne venait le visiter. Peu de gens de l’extérieur non plus. D’ailleurs, tous les jardins ont de la difficulté à vivre. » Ma surprise était d’autant plus grande, que j’écrivais en juin 2013, dans le cadre de la campagne électorale qui s’annonçait à Saurel, une chronique dans le SorelTracy Magazine intitulé : Sorel-Tracy, 3 novembre 2013, 20 h : 10 chantiers incontournables dont l’un de ceux-ci étaient : « Doter Sorel-Tracy d’un grand projet rassembleur pour faire de notre ville, un endroit  où la qualité de vie est citée en exemple. J’ai proposé un concept urbain intégrateur, le “District culturel Jardin de Saurel”. C’est un projet socialement rassembleur au plan intergénérationnel (tout le monde aime la botanique) et qui serait (intuitivement) rentable en terme économique par son potentiel touristique, surtout que plusieurs de ses composantes sont déjà sur la table à dessin ou en voie de réalisation. »

Passons sur le concept de District culturel, abondamment discuté sur ce blogue. Pour ce qui est de celui de Jardin Saurel, c’était celui de fleurir à outrance, notre coin de pays, dans une sorte de circuit jardinier allant de St-Ours au Carré Royal de Saurel, transformé graduellement en jardin à l’anglaise. Je partais du principe que nos citoyens sont à « l’âge horticole » et que surtout au printemps, les Botanix de ce monde sont pleins au bouchon.

Bref, ma baloune vient de se dégonfler et mon humilité légendaire, mise à mal.

Gardons le sourire! Drôle d’atmosphère à Saurel relativement à certaines initiatives citoyennes. Ce qui m’a encore une fois rappelé le célèbre Tony Accurso, citant un conseil de son père, pendant son témoignage devant la Commission Charbonneau (automne 2014) : « Ne demande pas à un politicien de t’aider. Demande-lui surtout de ne pas te nuire. » Profond et saurelement très d’actualité.

Ceci étant, soyons positifs comme Gary nous le suggère, notamment avec son projet Fragment d’architecture Soreloise. On ne peut que le féliciter pour cette initiative rassembleuse. Ceci étant, je ne peux passer sous silence que le gentilé Sorelois n’existe pas, pas plus que Sorel et que de plus, la photo ci-après a été prise à Tracy. Tranche de vie, nous on montait là à l’époque, en escaladant le mur de gauche où il y avait une cabane (non visible sur la photo et depuis disparue). De même, on avait des trucs similaires pour escalader le Centre culturel et la piscine.

14249715_10153969884513182_5219710272235067991_o

Ne lâche pas Gary, tu fais plus pour améliorer notre fierté locale que plusieurs politiciens locaux.

Jocelyn Daneau, jocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv/

La page éditoriale de la Gazette de Montréal du Montréal Gazette Editorial Board, signait le 8 septembre 2016, un texte intitulé : « Les Montréalais ont peu d’intérêt pour le coûteux projet d’illumination du pont Jacques-Cartier » Traduction libre de : Montrealers in no mood for expensive lights on Jacques-Cartier Bridge. Je vous fais grâce des détails, mais en substance, The Gazette, qui ne prend pas nécessairement position contre ce projet, se questionne sérieusement sur son coût de 39,5 M$. Ceci étant, si on lit entre les lignes, pour le quotidien anglophone, ce projet est inutile.

Dans la même veine, dans Le Devoir, une lettre du lecteur : Non au pont Jacques-Cartier en arbre de Noël, 9 septembre 2016. Sans commentaire, le titre parle par lui-même.

À Saurel, nous dépenserons 500 000 $ pour illuminer le pont Turcotte. Intéressant! Mais s’agit-il du meilleur usage alternatif de 500 000 $? Autrement dit, c’est bien le fun l’illumination du pont Turcotte, cela fait d’extraordinaires photos pour les adeptes du « kodak » électoraliste, mais est-ce le meilleur usage alternatif de 500 000 $? De plus, est-ce que ce projet d’illumination du pont Turcotte est le meilleur au sens d’un leg dans le cadre des fêtes du « 375e »? Bref, qui a décidé de ce projet, comment et pourquoi i.e. sur la base de quels critères?

Rappelons que selon les Résultats de la consultation publique – Célébrations du 375e de la ville de Sorel-Tracy, rien ne suggère un leg concernant le pont Turcotte.

screenshot-at-2016-09-09-122137

Alors, pourquoi l’illumination du pont Turcotte? D’ailleurs, est-ce que la ville de Saurel a fait une estimation des frais d’exploitation pour ce projet, disons pour 2018-2028?

Surprise : Écomonde avec 8% pour un concept qui n’existait pas en 2014 (date de la consultation) et qui n’existe toujours pas, c’est comme le summum du bonheur en matière de légende urbaine.

Rappel : Pour 500 000 $, j’aurais changé le nom de notre ville, de l’artificiel Sorel-Tracy pour son nom historique de Saurel; avec en prime, 16 ans après la fusion, un beau gentilé tout neuf pour les citoyens, devenir des Saurelois et des Saureloises, pour ainsi nous identifier enfin à notre coin de pays, tous ensemble.

Note : pour ceux et celles qui ont remarqué et que cela intéresse, l’éditorial de The Gazette est signé par le Montréal Gazette Editorial Board. C’est dans la tradition des journaux britanniques, les éditoriaux ne sont jamais signés personnellement, mais en équipe; quoiqu’il s’agit par contre, toujours d’une rédaction d’auteur sans que son identité dans l’équipe ne soit divulguée publiquement. Il y a donc une solidarité de la part des membres de l’équipe éditoriale. C’est la même chose aux États-Unis, le NY Times possède son The New York Times Editorial Board. Au Québec, dans la tradition française, c’est différent. Les éditorialistes signent leurs éditoriaux publiquement. Ceci étant, tous les éditorialistes, par exemple, du journal La Presse, sont des fédéralistes libéraux, il ne saurait en être autrement au pays des Desmarais. Donc, l’éditorialiste représente toujours la ligne de pensée de son journal et donc, de son propriétaire. Ce qui n’est pas nécessairement le cas d’un chroniqueur, indépendant par définition, comme un Vincent Marisal de La Presse.

Un demi-million pour les murales à Montréal

« Les murales montréalaises sont devenues des attractions touristiques et la Ville veut exploiter ce filon en consacrant plus d’un demi-million de dollars pour la création de 21 nouvelles oeuvres cette année. » (Source : Le Devoir, 3 septembre 2016)

Alors, entre des lumières sur le pont Turcotte et 500 000 $ de murales pour égayer notre ville que La Presse a récemment qualifiée de moche (Voir : Balade Sorel), Saurel dans l’univers opte pour l’art à défaut de nous renommer en Saurel.

DANO sur iPix.tv n’est pas une émission de débat

Un débat est l’action de « discuter entre personnes d’avis différents ».

DANO est une émission d’affaires publiques pour aller au fond des choses, sur des sujets d’intérêts publics dans la grande région de Saurel.

Il faut donc éviter les amalgames et confondre questions, sous-questions, questions de précision et même reprise de la question initiale avec « débat ». Autrement dit, demander de faire cesser la « bullshit » en insistant pour obtenir des réponses n’est pas débattre.

De plus, poser des questions ne signifie pas automatiquement que la personne qui questionne est contre l’objet du questionnement.

En fait, version idyllique, DANO, c’est un entretien amical entre adultes consentants et généreux au cours duquel, l’un questionne et l’autre répond. J’insiste sur le mot « adulte« .

Le premier enregistrement de DANO aura lieu le 14 septembre 2016. Pour l’occasion, nous recevrons M. Laurent Cournoyer, nouveau président du conseil d’administration de la Chambre de commerce et d’industries de Sorel-Tracy. Considérant qu’il sagit pour nous tous, d’une première en mode production, celle-ci devrait être disponible au maximum, 24 heures plus tard.

Suggestion de lecture

Même la prestigieuse revue anglaise The Economist s’y met : les politiciens n’ont jamais autant menti et les conséquences n’ont jamais été aussi faibles. Donc, à lire : Art of the lie – Post-truth politics, 10 septembre 2016. C’est en anglais british, donc…

Sur le même sujet : 375e bizarreries, les Trumperies à Saurel et autres illuminations, SDU, 28 août 2016.

Gardons le sourire! « Celui qui pose une question risque cinq minutes d’avoir l’air bête. Celui qui ne pose pas de question restera bête toute sa vie. » Proverbe chinois.

Jocelyn Daneau, jocelyndaneau@gmail.com

J’aime : “Créons une ville de Saurel pour tous

Daneau sur G+ : https://plus.google.com/117606910352560620793/posts

MAtv – Saurel et moi : https://saureletmoi.wordpress.com

MAtv – Saurel et moi – Horaire : http://matv.ca/sorel-tracy/mes-emissions/saurel-moi

Citoyens et citoyennes engagé(e) s Sorel — Tracy : http://www.saurelois.org

FABE- Déjeuner/conférence avec Yvan Lamonde – https://amisbonneentente.wordpress.com/

iPix.tv – http://www.ipix.tv/

%d blogueurs aiment cette page :